Des pains et du jeu

Après plus de 20 ans d’existence, les hooligans du club d’Anderlecht tentent de s’adapter aux évolutions du milieu et à une répression policière accrue.



Cet article est extrait du numéro « De l’autre côté du miroir ».

B-C-S. Pour les non-initiés, cet acronyme ne veut pas dire grand-chose. Mais dans le monde des supporters, des ultras et des hooligans, il suscite admiration pour certains, crainte ou mauvais souvenirs pour d’autres, et respect pour tout le monde. Car ces trois lettres évoquent un nom bien connu des bastonneurs de tous les stades d’Europe, celui d’une firme de hooligans qui a su imprimer sa marque sur le continent : le Brussels Casual Service, en activité depuis le début du second millénaire – la date exacte semble inconnue de tous. Ce clan réunit des supporters prêts à tout pour défendre les couleurs et l’honneur du Royal Sporting Club d’Anderlecht, ou RSCA, club le plus titré de Belgique, qui s’est distingué sur la scène continentale en remportant une Coupe des Coupes en 1976 contre West Ham, en 1978 contre l’Austria Vienne, ainsi qu’une Coupe de l’UEFA en 1983, après avoir vaincu Benfica en finale.

Ces exploits-là, les membres actuels du BCS ne les ont pas connus. Eux ont partagé le quotidien de leurs prédécesseurs du O-Side – appellation liée au positionnement de ces derniers dans le stade Constant Vanden Stock, au sein du secteur O – dans les années 1990. Ils y ont découvert un univers grisant, entre football, bagarres et picole, à distance raisonnable de la première ligne lors des affrontements contre des firmes rivales. Pour ces gamins, la magie opère sans attendre. « J’étais sublimé par cette ambiance masculine, il y avait l’excitation de lâcher un kick que je ne retrouvais pas dans la boxe que je pratiquais », se souvient Julien*, aujourd’hui l’un des cinq leaders des BCS. « J’ai grandi en me disant qu’un jour, je deviendrai le chef d’une bande de hools. »


À mesure que les bagarres se multiplient, la jeunesse du O-Side gagne en confiance et en expérience, jusqu’au tournant des années 2000. « Les O-Siders avaient vieilli, ils se déplaçaient moins, plusieurs de leurs membres voulaient tourner la page. Nous, on voulait toujours se battre et créer des incidents, on a donc décidé de monter notre propre groupe », se remémore Romain*, tatouages colorés et accent bruxellois prononcé, l’un des leaders de la firme avec Julien. Charge désormais au BCS d’honorer la réputation construite à coups de poing par leurs aînés et d’écrire sa propre histoire. La nouvelle génération de hooligans bruxellois s’émancipe, marque sa différence avec le O-Side, laissant de côté les signes d’appartenance au club d’Anderlecht pour un style casual venu d’Angleterre, histoire de passer incognito dans les rues.

Lire la suite sur VICE Sports.


Cristiano Ronaldo entendu pour fraude fiscale 2017



Cristiano Ronaldo entendu pour fraude fiscale

FootballLa star du Real Madrid, soupçonnée d’avoir caché 14,7 millions d’euros au fisc espagnol, a comparu lundi devant la justice.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré uneerreur?

La star du Real Madrid Cristiano Ronaldo est le dernier en date des footballeurs en délicatesse avec le fisc.

Son grand rival au FC Barcelone, l’Argentin Lionel Messi, avait été condamné pour fraude fiscale l’année dernière.

L’international portugais de 32 ans s’est présenté à 11h30 au tribunal de Pozuelo de Alarcon, commune la plus riche d’Espagne dans la banlieue de Madrid, où il réside comme beaucoup d’autres célébrités.



Il est entré en voiture par un garage sans parler à la presse mais une déclaration est attendue à sa sortie du tribunal.

Au cours de l’audition, la juge d’instruction doit lui notifier sa mise en examen pour fraude fiscale de 14,7 millions d’euros.

Ce rendez-vous judiciaire a fait manquer au quadruple ballon d’or le premier «clasico» amical entre son club le Real Madrid et le FC Barcelone, perdu 3-2 samedi à Miami par le champion d’Espagne en titre.

Le ministère public soupçonne la star du Real Madrid d’avoir utilisé un montage de sociétés basées à l’étranger – aux îles Vierges britanniques et en Irlande, où les taux d’imposition sont très bas – pour éviter de payer en Espagne des impôts sur les revenus de contrats publicitaires avec de grandes marques.

Possible amende de 28 millions

Selon le parquet, Cristiano Ronaldo, sportif le mieux payé au monde selon Forbes, a déclaré tardivement en 2014 – alors qu’il résidait en Espagne depuis 2009 – 11,5 millions d’euros de revenus d’origine espagnole pour la période comprise entre 2011 et 2014. Le parquet considère qu’ils s’élevaient en fait à 43 millions.

S’y ajoutent, toujours selon le ministère public, 28,4 millions d’euros qu’il aurait dissimulés au fisc pour la période 2015-2020.

Soit un total de 14,7 millions d’euros d’ardoise fiscale impayée.

S’il était poursuivi et condamné, Ronaldo risque «une amende d’au moins 28 millions d’euros» et une peine de jusqu’à trois ans et demi de prison, selon le syndicat Gestha des experts du ministère des Finances.

Lionel Messi a été condamné à une amende de 2,09 millions d’euros et une peine de 21 mois d’incarcération qui a été commuée en une amende supplémentaire de 252.000 euros: 400 euros par jour de prison.

Ces déboires avec la justice espagnole avaient fortement irrité Ronaldo qui aurait menacé de quitter le Real Madrid, selon la presse. Au point d’amener le président du Real Florentino Perez à vanter publiquement ses mérites, assurant qu’il était «le meilleur de nous tous», une façon sans doute de chercher à le retenir.

«CR7», meilleur buteur de l’histoire du Real Madrid où il est arrivé en 2009, aurait finalement renoncé à partir, selon l’entraîneur Zinédine Zidane.

Nombreux abus avec le fisc

Une fois sa mise en examen notifiée, Ronaldo pourra se consacrer à sa nouvelle saison, qui démarre le 5 août par l’entraînement au Real Madrid.

Il rejoint les rangs, déjà bien garnis, des personnalités du ballon rond qui ont maille à partir avec le fisc espagnol.

Le défenseur du Barça Javier Mascherano a été condamné comme Messi en 2016 mais l’offensive du fisc se porte aussi contre le Real.

Son ancien entraineur portugais José Mourinho et le défenseur Fabio Coentrao, sont accusés de fraude fiscale. L’Argentin Angel di Maria, qui évolue aujourd’hui au Paris Saint Germain, a été condamné à une amende de 1,3 million d’euros.

Et leur agent portugais, l’influent Jorge Mendes, a été mis en examen ce mois-ci pour avoir aidé l’attaquant colombien Radamel Falcao, à présent à Monaco, à frauder le fisc en Espagne. (afp/nxp)



Diego Sanchez vs Gilbert Melendez MMA



Diego Sanchez vs Gilbert Melendez

Posted by MMA Flash on Donnerstag, 13. Oktober 2016